Pano 360 : les dunes de Merzouga

En voyage comme à la maison, certains ne jurent que par les paysages verdoyants. Je ne suis bien évidemment pas le dernier à m’émerveiller et à me faire tout petit perdu au milieu de la forêt vierge (bon, c’est plutôt en voyage qu’à la maison la forêt vierge). Une telle luxuriance ne manque pas de nous rappeler au miracle de la vie et de la nature. Mais ça fait belle lurette que ce qui m’attire plus que tout, ce sont les paysages arides. Si le Ladakh en Inde ou encore la vallée de Hunza au Pakistan, m’ont tant émerveillé, c’est entre autres pour leurs paysages très minéraux. Mais curieusement, je n’avais jusqu’alors que très peu fréquenté les déserts. Raison donc plus que suffisante pour inclure l’erg Chebbi, proche de Merzouga, à mon itinéraire marocain.

Dunes de l'erg Chebbi à Merzouga

Dunes de l’erg Chebbi à Merzouga

Les déserts étant par nature des coins assez isolés, ils ne sont généralement pas très facile d’accès au voyageur indépendant. Et mon aversion pour tout ce qui ressemble de près ou de loin à un voyage organisé rend leur visite assez ardue. Certains n’hésitent pas à traverser des déserts seul et à pied mais je ne suis pas non plus fait de cette trempe. Par chance à Merzouga, les dunes de l’erg Chebbi sont à portée de tatane, juste en bordure des localités jumelles de Hassi Labied et Merzouga.

À peine arrivé, je ne résiste pas. Nous sommes au milieu de l’après-midi et le soleil encore proche du zénith me toise et imprime au thermomètre un petit 38 degrés à l’ombre. Sous ce cagnard, c’est à n’en pas douter l’heure de la sieste mais je n’en ai cure, tel un gamin qui se jette sous le sapin de Noël pour y chercher ses cadeaux, j’échange mes tongs pour des chaussures (oui, le sable c’est chaud), remplis ma bouteille d’eau, enfile ma casquette et me précipite en dehors de l’auberge, armé de mon appareil photo. Le soleil étant très haut, la lumière est bien trop vive mais malgré tout quel spectacle !

Ligne de crête ondoyante

Ligne de crête ondoyante

J’y retourne pour le coucher du soleil et là, assis sur la crête d’une de ces dunes, j’admire ces formes ondoyantes, ces courbes parfaites, ces pentes qui se terminent en arêtes effilées. Ce paysage chaque jour remodelé par le vent. À la première dune, vous n’osez pas poser votre pied sur cette arête si fine. Vous vous sentez comme un éléphant tout pataud qui va briser une telle harmonie. Et puis il faut bien s’y résoudre. On s’enfonce d’abord maladroitement dans le sable, les pieds disparaissant jusqu’aux chevilles. Puis on finit par comprendre le mode d’emploi, à reconnaître les zones meubles des autres.

Caravane en partance pour ... pas très loin !!

Caravane en partance pour … pas très loin !!

Sous le soleil couchant, les dunes revêtent leur tenue de soirée à la couleur orangée. Et aussi loin que votre regard se porte vers l’est, vous ne voyez que ça, des dunes. Évidemment, il y a une faille, si votre boussole est déréglée et que vous regardez vers l’ouest, vous voyez Merzouga 🙁 Et puis de temps à autre, une caravane fait son apparition. Les dromadaires ne sont plus chargés d’or en provenance de Tombouctou mais juste de touristes en partance pour … pas très loin. Mais qu’importe, l’image n’en reste pas moins harmonieuse. Bien plus que celle de ces maudis quads, mais heureusement, ces derniers semblent en voie d’extension à Merzouga.

Pour profiter pleinement du panorama, cliquez sur l'icône plein écran (4 flèches) et déplacez-vous avec la souris tout en maintenant le bouton gauche enfoncé.

Conseils pratiques :

  • Si vous n’avez pas votre propre véhicule, il est plus simple de loger à Merzouga. Mais il est également tout à fait possible de loger dans une auberge à d’Hassi Labied (ce que j’ai fait), à 5 km au nord de Merzouga. Les grands taxis en provenance de Rissani et allant à Merzouga vous y déposeront. Le coin est bien plus calme, c’est une bourgade minuscule alors que Merzouga c’est d’avantage développée.
  • Est-il nécessaire de rappeler que le meilleur moment de la journée pour se promener dans les dunes, c’est au levé ou au couché du soleil. Durant la journée, la lumière bien trop vive écrase tout.
  • Il est possible et très simple de partir pour une méharée avec campement dans le désert, de nombreuses auberges organisent ça. Mais les puristes à la recherche d’une immersion totale, perdu au milieu des dunes du Sahara, choisiront plutôt l’erg Chigaga à 50 km à l’Ouest de M’Hamid. Mais il faut compter au bas mot une méharée de 5 jours pour faire l’aller-retour depuis M’Hamid, plus au sud. Évidemment, ça sera plus rapide en 4×4 mais ce n’est pas trop ma tasse de thé les 4×4.

Tu aimes One Chaï ?

Alors aime aussi la page Facebook s'te plaît 😍

Merci d'avance ...

Tais-toi, je l'aime déjà ➪

Merci !

Laurent Claudel

À propos de Laurent

Attiré par les destinations moins courues, en recherche perpétuelle du Kiffistan, je partage ici ma passion du voyage. J'essaye désespérément de me prendre très au sérieux, mais à ce jour, c'est un échec cuisant. Pour en savoir plus sur ce blog, c'est ici.

Une dose régulière de One Chaï ?

Les nouveaux articles directement dans ta boite mail environ chaque 2 semaines.

Un chaï, ça soigne tout, c'est garanti zéro spam et zéro frais de port 😉