Angkor, le sourire énigmatique de Bayon

Aujourd’hui, je vais vous parler du Cambodge et histoire de faire preuve d’une très grande originalité, je vais vous parler des temples d’Angkor. C’est à n’en pas douter la raison numéro qui pousse les touristes à venir au Cambodge. On doit bien pouvoir trouver quelques originaux qui viennent au Cambodge et zappent Angkor, ou d’autres, pris dans le tumulte de la scène « backpacker » de Siem Reap qui n’arrivent à émerger d’une bonne gueule de bois au petit matin, mais après tout pourquoi pas, le monde serait ennuyeux sans eux. Mais pour l’essentiel, qui dit Cambodge dit Angkor.

Mais avant de visiter Angkor, il faut s’y rendre. De nos jours, la route depuis Poipet à la frontière thaïlandaise est en très bon état. Une vraie promenade de santé. Mais en 2001, les choses étaient un chouia différent (attention, ici commence l’histoire de celui qui va vous expliquer que de son temps, les choses étaient bien différentes !). À cette époque (je vous l’avais bien dit, il commence …), il y avait bien sur la carte un trait qui reliait Poipet à Siem Reap. La carte stipulait même qu’il ne s’agissait pas d’un sentier, mais bien d’une route, mais en fait non. Ce n’était pas une route, mais plutôt une farce. Pour parcourir les 150 km, il fallait au bas mot 5 h dont la moitié passée non pas sur la route, mais sur le bas côté, dans les rizières, pour éviter les nids-de-poule. De goudron, il n’y en avait point, et année après année, les pluies de la mousson avaient transformé la piste en une sorte de parcours de gymkhana. Après 5 h passées accroché à l’arrière d’un pick-up, vous ressembliez à peu près à ça :

Non, ça n'est pas du bronzage__!

Non, ça n’est pas du bronzage !

Une fois arrivé à Siem Reap, vous vous sentiez donc avoir assez légitimement mérité cette visite des oh combien célèbres temples d’Angkor. Hors quand on ne connait pas du tout, on pense qu’Angkor, c’est ça :

Angkor Vat au clair de lune

Angkor Vat au clair de lune

Angkor Vat fait bien évidemment partie d’Angkor, mais en fait, Angkor, c’est une multitude de temples disséminés à travers la jungle et ça s’étend sur environ 400 km2. Angkor Vat est splendide et ce surtout pour la qualité de ses bas-reliefs.

Soldats en partance !

Soldats en partance !

Mais il y a bien plus que ça à voir à Angkor et je dois bien avouer que parmi tous ces temples, ce n’est pas Angkor Vat qui a le plus retenu mon attention. Non, le temple qui m’a le plus marqué c’est Bayon. De loin, ça ne ressemble à rien, une vulgaire ruine au milieu de l’ancienne citée d’Angkor Thom. Mais une fois arrivé sur place, vous n’êtes pas observé. Non, à Bayon vous êtes épié, traqué, assiégé par le regard du Bayon1.

Le sourire énigmatique de Bayon

Le sourire énigmatique de Bayon

Un regard toujours aussi insaisissable

Un regard toujours aussi insaisissable

Il n’y en a que pour lui puisque le temple compte 56 tours avec chacune quatre visages regardant dans les quatre directions. 216 Bayons c’est beaucoup, impossible d’y échapper. Mais qui est-il, que me veut-il ? Il y en a bien un qui a une petite faiblesse, qui va se départir de ce regard, me faire un clin d’oeil, que sais-je. Mais non, j’ai beau essayer de les prendre par surprise, rien n’y fait, ils restent de marbre2 et ne se départissent pas de ce sourire impénétrable et immuable.

On lui chatouillerait bien les pieds, mais il n’en a pas. Bayon c’est un visage, un regard et un sourire, rien d’autre. Ou plutôt si, c’est surtout un mystère, une énigme. Un défit donc, à vous de la percer cette énigme.

Conseils pratiques

  • Comme je l’ai déjà dit, le site d’Angkor est très vaste. La meilleure option à mon sens pour visiter les temples qui parsèment la jungle, c’est le vélo. Alors oui, il y fait souvent chaud et très humide et il va falloir pédaler, mais ça offre une liberté tout autre que la visite guidée en véhicule.
  • Angkor ne se visite pas en une journée, le site est vaste (oui je sais, je me répète ;-)). Compter 3-4 jours si vous voulez profiter pleinement de l’atmosphère du lieu et musarder au milieu de toutes ces ruines. Et qui sait, à force de persistance, vous arriverez peut-être à décrocher un clin d’œil du Bayon !
  1. excusez le raccourci, les statues du Bayon ne sont pas le Bayon, mais Jayavarman VII ou Avalokiteshvara, personne ne le sait vraiment []
  2. en fait ce n’est pas du granite, mais du grès []

Tu aimes One Chaï ?

Alors aime aussi la page Facebook s'te plaît 😍

Merci d'avance ...

Tais-toi, je l'aime déjà ➪

Merci !

Laurent Claudel

À propos de Laurent

Attiré par les destinations moins courues, en recherche perpétuelle du Kiffistan, je partage ici ma passion du voyage. J'essaye désespérément de me prendre très au sérieux, mais à ce jour, c'est un échec cuisant. Pour en savoir plus sur ce blog, c'est ici.

Une dose régulière de One Chaï ?

Les nouveaux articles directement dans ta boite mail environ chaque 2 semaines.

Un chaï, ça soigne tout, c'est garanti zéro spam et zéro frais de port 😉