Chine

Je n’ai pas visité les régions que l’on visite traditionnellement en Chine sur la côte est, mais me suis cantonné au nord-ouest du pays, le Xinjiang et le Gansu, et pour cause, ayant rejoint la Chine en train depuis Paris, je suis arrivé à Ürümqi. Une semaine de train en guise d’apéritif suivie de 3 semaines de voyage entre Tourfan et Lanzhou.

Vous retrouverez un aperçu, une sorte de synthèse de ce voyage, ainsi qu’une carte de mon itinéraire dans cet article de synthèse.

Y aller en train fut assurément un régal. La Chine, ça n’est assurément pas la porte à côté, et le train nous le rappelle. Communiquer sur place, en raison de la barrière de la langue, ne fut pas toujours simple, mais ça fait partie des charmes du voyage et mes hôtes n’ont pas ménagé leurs efforts pour me comprendre.

Si je devais retenir trois étapes parmi celles de ce voyage, ça serait sans doute les dunes de Dunhuang (même si la visite des grottes de Mogao m’a laissé perplexe), les formations rocheuses ultras colorées de Zhangye Danxia (mais éviter les jours de grosse affluence, et enfin, la crème de la crème, Xiahe avec le monastère de Labrang dans la région tibétaine de l’Amdo.

Un chaï en Chine ?

  • Quand visiter la Chine : je vais me cantonner ici à la partie ouest de pays. Le temps y est très sec toute l’année, les hivers froids et les étés chauds et secs. La saison la plus confortable est donc en mai-juin et septembre-octobre. Voir cette fiche du climat à Dunhuang.
  • : contrairement à ce qu’on avait pu me dire, les Chinois se sont avéré curieux et très rendant service, malgré la barrière de la langue.
  • : les sites touristiques qui semblent tous se transformer en une sorte de Disneyland, personne ne parle anglais, rendant la communication parfois compliquée.

Retrouvez ci-dessous la liste de tous mes articles sur ce pays.

Articles Chine