Une escapade de 10 jours au Saguenay-lac-Saint-Jean

Durant mon séjour de 2 mois au Québec cet été, j’ai passé l’essentiel de mon temps à Saint-Gabriel à découvrir la culture québécoise. Mais à mi-parcours, on s’est offert avec mon amoureuse une escapade de 10 jours dans la région du Saguenay-lac-Saint-Jean. Et comme les choses sont bien faites dans ce bas monde, je vais te parler aujourd’hui de cette petite fugue estivale.

Au programme, des balades, de la rando dans le Fjord du Saguenay, un peu de plages au lac Saint-Jean et surtout beaucoup de bon temps. Plutôt que d’essayer de tout voir, on a préféré en profiter paisiblement. Divulgâcheur : c’est le long du Fjord du Saguenay que j’ai été le plus ébloui par la beauté des lieux.

Durant ces 10 jours, je me suis laissé paisiblement porter par le programme assez détendu qu’avait vaguement préparé ma moitié. Étant d’ordinaire habitué à voyager seul et à gérer l’intendance et la réservation des hébergements au jour le jour, c’était pour moi un changement assez radical, et contre toute attente, j’ai survécu 😀

Le Saguenay-lac-Saint-Jean, une affaire un peu mêlée

Mais commençons si tu veux bien par un point vocabulaire. Parce que ces quatre mots, Saguenay lac Saint Jean, c’est super simple pour un Québécois, mais pour un pauvre Français (maudits Français), c’est un vrai bazar !

  • Le Saguenay-lac-Saint-Jean (avec tous les tirets bien partout) est le nom d’une région du Québec. Une région où niveau place, t’es assez peinard, puisque c’est grand comme presque 1/5 de la France pour une population de 276 000 habitants. Si tu comptes les moustiques, ça fait un brin plus de monde, et pour cause, comme pour tout le reste du Québec, 10 % de la superficie y est de l’eau. Toute cette eau, on comprend mieux pourquoi le premier moustique qui a débarqué ici a invité tous ses potes pour une rave party géante.
  • Comme les Dupond et Dupont qui sommeillent en toi l’ont sans doute deviné, le Saguenay et le lac Saint-Jean se trouvent tous les deux dans cette région Saguenay-lac-Saint-Jean. De là à dire que celui ou celle qui a choisi le nom de ladite région était un gros feignant en manque cruel d’inspiration, il n’y a qu’un pas que je ne franchirai pas.
  • Le Saguenay est une petite rivière de rien du tout qui relie le lac Saint-Jean au fleuve Saint-Laurent. Toute petite, car large par endroits le long du fjord de plus de 3 km et profonde jusqu’à 275 m. Cette topographie est le fruit de la dernière glaciation. Inutile d’attendre la marée basse, tu ne traverseras pas la rivière Saguenay à gué.
  • Saguenay est aussi le nom d’une ville située sur la rive droite de la rivière éponyme. En fait, ça devait même être un emploi fictif celui qui a été chargé de nommer tout ça.
  • Le lac Saint-Jean (Pekuakami en innu), là on est assez rassuré, c’est un lac. Un gros lac, deux fois la taille du Léman, excusez du peu.

Le lac Saint-Jean

Quand tu quittes Saint-Gabriel pour rejoindre le lac Saint-Jean, tu passes par la route 155 qui longe la rivière Saint-Maurice. Comme mise en bouche, remonter ce cours d’eau aux allures de fleuve bordé de forêts à n’en plus finir, y a pire. Ce matin-là, en raison d’une nuit un peu pourrie, je suis un chouia bougon, mais la sérénité des lieux, ça débougone. Pas tout à fait assez néanmoins pour que je me décide à sortir l’appareil photo. Je devais être vraiment très bougon !

C’est les oreilles frôlant l’acouphène au troisième degré en raison d’un muffler1 en état avancé de mort cérébrale que notre char nous dépose sur les rives du lac Saint-Jean. La route était splendide, mais je ne suis pas mécontent de pouvoir à nouveau apprécier le gazouillis des oiseaux.

Vue sur le lac Saint-Jean
Vue sur le lac Saint-Jean

Arrivé sur les rives du lac, si tu es un passionné de la petite reine, tu peux te lancer dans un tour du lac Saint-Jean à vélo. Ça fait tout de même la bagatelle de 256 km, donc prévoir quelques jours ! Il y a une piste cyclable séparée de la route sur une grande partie du parcours, ce qui ne peut qu’être salué. Tu seras loin d’être le seul, car c’est une activité très populaire.

Val-Jalbert

Val-Jalbert est une ville fantôme proche du lac. C’est un petit matin à l’aube du 20siècle que fut construite dans le village de Val-Jabert une pulperie, autrement dit une usine où l’on fabrique de la pâte à papier à partir du bois. Pourquoi icitte(ici en québécois) ? Tout simplement parce que la rivière Ouiatchouan perd ici assez brusquement quelques mètres en raison d’une grosse cascade.

Chute d'eau de la rivière Ouiatchouan Val Jalbert

Souviens-toi, le début du 20siècle, c’est cette période de l’histoire un peu étrange où les chutes d’eau n’étaient pas des lieux qui attiraient les touristes en vue d’y poser pour un égoportrait. Non, à cette époque, avec une chute d’eau, on faisait un moulin pour produire en abondance et à moindre coût de l’énergie.

Toute la main-d’œuvre de cette pulperie habitait le village de Val-Jalbert. Celles et ceux qui y vivaient disposaient de tout le confort moderne de l’époque. Une sorte de tout inclus, un club Med en somme, sauf qu’il fallait tout de même un peu bosser !

Je ne vais pas te dérouler toute l’histoire de Val-Jalbert, mais pour faire bref, en 1927, le propriétaire de la pulperie, cesse toute activité en raison de la baisse de la demande. Le village est alors abandonné.

Aujourd’hui, le site est entièrement dédié au tourisme et s’y balader est très plaisant. On peut visiter les maisons où étaient logées les familles, ainsi que la turbine qui génère à nouveau depuis 2015 de l’électricité et bien entendu, la chute d’eau. Le tout dans un cadre bucolique.

Couvent Val Jalbert
Couvent de Val Jalbert
Maisons des familles vivant à Val Jalbert
Maisons des familles vivant à Val Jalbert

Infos pratiques

Visite de Val-Jalbert : l’entrée dans la ville fantôme coûte environ de 30 $

Hébergement : plusieurs options sont disponibles. Pour notre part, nous avions opté pour un mini-chalet (une cabane au Canada en quelque sorte !) dans le camping de Val-Jalbert qui jouxte le village. 80 $ la nuit. Personnellement, j’ai adoré.

Pour toutes les autres infos sur Val-Jalbert, c’est par ici.

Microbrasseries, fromage et bleuets

Nos balades seront plus d’une fois entrecoupées par la dégustation d’une petite bière dans une des nombreuses microbrasseries qui émaillent le territoire. C’est quelque chose qui est devenu très à la mode au Québec ces dernières années les microbrasseries. Et d’ailleurs, si tu aimes randonner et siroter de bonnes bières (après la rando, pas avant !), le guide de Bianca sur les Randos Bière aux Québec devrait répondre à tes besoins les plus pressants.

Si tu n’aimes pas la bière, la vie n’est peut-être pas facile pour toi tous les jours (mazette, une vie sans bière !), mais tu peux te rabattre sur une autre mode locale, j’ai nommé les fromageries. N’étant pas vraiment un accro au fromage, je ne vais pas m’aventurer dans une comparaison des vices et vertus des fromages québécois et des fromages français. Le fromage skouik-skouik ne m’a pas conquis, mais qui sait, peut-être décideras-tu de tout quitter et de te lancer dans une nouvelle vie après en avoir goûté.

Dernière cartouche si tu n’aimes ni la bière ni le fromage, tout n’est pas perdu, il te reste les bleuets sauvages du lac Saint-Jean. C’est la version québécoise de nos myrtilles. Et je ne devrais peut-être pas te le dire, mais quand ils sont enrobés de chocolat, c’est une tuerie !

Nous nous sommes adonnés à tous ces plaisirs terrestres dans les alentours de Saint-Prime. Si rien de tout ça n’a tes faveurs, au pire, tu peux toujours aller prier !

Presbytère de Saint Prime
Presbytère de Saint Prime

Saint-Gédéon

Mauvais karma, nous arrivons à Saint-Gédéon sous la pluie. À Saint-Gédéon, tu peux y aller pour faire plouf dans le lac Saint-Jean, mais comme c’est très souvent le cas au Québec, la plage municipale y est payante. Au Québec, la gestion des plages est différente de ce qu’on peut connaître en France. Un grand nombre de plages sont privées et donc réservées aux résidents qui vivent sur ces parcelles. Et même quand il y a une plage municipale, son accès est fréquemment payant.

Des plages et du pain !

Ça ne figure dans aucun livre d’histoire, mais tout le monde sait bien que parmi les revendications qui ont mené à la Révolution française, l’une des plus brûlantes était l’accès libre et gratuit aux plages de tout le territoire ! Des plages et du pain, tel était alors le slogan. Donc quand tu es Français et qu’on te dit que l’accès à la plage est payant, tu fais un peu les yeux ronds. Maudits Français !

De toute façon, quand bien même elle aurait été gratuite, la plage sous la grisaille et la pluie, ça ne fait pas frétiller grand monde. Nous nous sommes donc rabattu sur une balade dans le Petit Marais de Saint-Gédéon qui valait toutes les plages du monde. Est-ce notre enthousiasme qui a fait revenir le soleil ? Toujours est-il que conquis par cette balade, je ne ferai pas la révolution des plages ce jour-là.

Petit Marais Saint-Gédéon

Petit Marais Saint-Gédéon

Petit Marais Saint-Gédéon

Saguenay

Je ne vais pas me lancer dans une visite guidée de la ville de Saguenay (aussi appelée Chicoutimi qui est le nom de l’arrondissement central de la ville). On ne va pas se mentir, hormis Québec et Montréal qui sortent du lot, les villes québécoises (tout du moins celles que j’ai vues) sont assez décevantes pour un Européen. L’attrait du Québec se trouve dans sa nature généreuse, rarement dans ses villes.

Au Québec, 94 % de l’électricité est d’origine hydraulique. On peut le dire, l’hydraulique ici, c’est une passion ! C’est ainsi que plutôt que d’installer des panneaux solaires sur leur toit, certains préfèrent voir une rivière traverser leur maison et produire de l’électricité de la sorte.

La Petite Maison-Blanche du Saguenay

La Petite Maison-Blanche du Saguenay

Pour les curieux un peu plus férus d’histoire réelle, je vais parler des inondations du Saguenay et de la Petite Maison-Blanche. En 1996, un déluge s’abat trois jours durant sur la région. Il pleut, il pleut, toujours et encore. Tant et si bien que la rivière gonfle jusqu’à sortir de son lit, emportant tout sur son passage dans une partie de la ville. Tout sauf cette Petite Maison-Blanche qui résista jusqu’au bout contrairement à la plupart des autres bâtisses qui finiront par être emportées par les flots.

Inondations Saguenay 1996
Sauras-tu trouver la Petite Maison-Blanche ? (Photo sous licence Creative Commons de Paul Falardeau)

La Petite Maison-Blanche est aujourd’hui un musée dédié à la mémoire de cette tragédie, d’où cette mini chute d’eau qui sort sous sa porte.

Le Fjord du Saguenay

En aval de Chicoutimi (à l’est donc), la rivière Saguenay s’élargit et rapidement, ces rives se transforment en falaises qui forment le Fjord du Saguenay. Et comme dirait ma chérie, pas besoin d’aller à l’autre bout du monde en Norvège pour voir des fjords quand il y en a un tout aussi beau à la maison. Évidemment, quand tu es Français, l’argument prend du plomb dans l’aile, mais qu’à cela ne tienne.

Sainte-Rose-du-Nord

Sainte-Rose-du-Nord sera notre premier point de chute le long du Fjord du Saguenay. Rien que le nom de ce village, c’est tout de suite beaucoup plus poétique et vendeur qu’Arnac-la-Poste. L’arrivée à Sainte-Rose-du-Nord est un enchantement. Ça sera même pour ainsi dire un coup de foudre. Le village est simple, mais mignon et la vue sur le fjord depuis le débarcadère de toute beauté. Les jours précédents passés autour du lac Saint-Jean étaient plaisants sans que toutefois rien en particulier ne me procure ce sentiment de plénitude que je peux ressentir parfois en voyage.

Mais oui, c’est pour ça que je voyage

Tu arrives quelque part, sans trop savoir à quoi ça va ressembler et là tu te dis, mais oui, c’est pour ça que je voyage. Pour tout dire, j’y étais tellement bien que plutôt que de sortir mon appareil photo, j’ai profité de l’instant. La météo ayant été un peu capricieuse les deux jours suivants, je n’ai que trop peu de photos à te montrer. Comme ça, tu devras me croire sur parole et toi aussi tu auras la surprise !

Fjord du Saguenay à Sainte-Rose-du-Nord
Fjord du Saguenay à Sainte-Rose-du-Nord
Fjord du Saguenay Cap Jaseux
Proche de Sainte-Rose, Cap Jaseux

Donc pour résumé, quand je suis bougon je ne prends pas de photos, mais quand je nage en plein bonheur, je ne prends pas non plus de photos ! Difficile de décrire l’état psychologique dans lequel je suis quand je réussis contre toute attente à presser le déclencheur de la boîte à images.

Le parc national du Fjord-du-Saguenay

Quand le soleil est au rendez-vous et que le parc national du Fjord-du-Saguenay n’est pas loin, c’est le combo parfait pour se dégourdir les jambes. Parmi les différentes options de randonnées, nous jetons notre dévolu sur le Sentier de la Statue. 7,5 km, un peu moins de 500 m de dénivelé et surtout, selon la rumeur, une vue sur le fjord pas piquée des hannetons.

Parc National du Fjord du Saguenay

Parc national du Fjord du Saguenay sentier de la statue

Parce que vois-tu, la rando, j’aime ça, me je ne randonne pas pour randonner. J’ai besoin d’une récompense au bout du sentier et la meilleure récompense qui puisse exister en rando, c’est une vue. Petite précision au passage, si tu n’aimes pas les marches d’escalier, fuie, loue un kayak pour une virée sur l’eau ou cherche la microbrasserie la plus proche pour une bière fraîche, mais ne te lance pas dans cette randonnée !

Le sentier monte et descend, virevolte à travers la forêt. À mi-chemin, tu peux déjà commencer à te rincer un peu l’œil.

Parc national du Fjord du Saguenay point de vue sentier de la statue

La team un peu feignant peut décider de s’arrêter là, mais elle a tort. En rando, la team feignant a de toute façon toujours tort. Car une fois arrivé à ladite statue, on peut dire que la vue est correc’, limite écœurante.

Parc national du Fjord du Saguenay point de vue sentier de la statue

Parc national du Fjord du Saguenay sentier de la statue

Parc national du Fjord du Saguenay statue vierge

Infos pratiques

Plutôt que de les recopier ici, tu trouveras toutes les infos pratiques, le prix et les différentes randonnées sur le site du parc.

L’Anse-Saint-Jean

Tout comme Sainte-Rose-du-Nord, L’Anse-Saint-Jean figure au classement des plus beaux villages du Québec (ce sont d’ailleurs les deux seuls dans la région Saguenay-lac-Saint-Jean). Je ne vais pas revêtir le costume du gars blasé qui n’apprécie plus rien, mais honnêtement, même si L’Anse-Saint-Jean, c’est mignon, comparé à Sainte-Rose-du-Nord, le compte n’y est pas. Le sentiment de plénitude dont je te parlais n’a pas montré ici le bon de son nez.

Anse Saint Jean

Mais tant qu’à être venu jusqu’ici, vas donc faire un tour à l’Anse du Petit Saguenay un peu plus à l’est, tu devrais me remercier.

Anse du Petit-Saguenay

Retour à la maison

Toutes les bonnes choses ont une fin, et fatalement, à un moment ou un autre, il faut rentrer. Le muffler de la voiture est toujours aussi peu silencieux pour regagner Saint-Gabriel, mais comme j’ai bien dormi, je ne suis pas bougon !

Et en chemin, on peut faire des petites pauses le long du fleuve, LE fleuve.

Fleuve Saint-Laurent Baie-Saint-Paul
Fleuve Saint-Laurent à Baie-Saint-Paul
  1. silencieux[]
Laurent

À propos de Laurent

Attiré par les destinations moins courues, en recherche perpétuelle du Kiffistan, je partage ici ma passion du voyage. J'essaye désespérément de me prendre très au sérieux, mais à ce jour, c'est un échec cuisant. Tu en sauras plus sur ce blog et sur moi dans l'à propos.