Les Togian, des îles paradisiaques loin du monde

N’en déplaise au Guide du Routard, en Indonésie, il n’y a pas que Bali et Lombok ! Et pour être précis, il y a même 17.506 îles en plus de ces deux-là. Je n’ai pas encore eu tout à fait le loisir de les visiter toutes (en voilà un challenge autrement plus corsé que de visiter tous les pays du monde !), mais parmi cette foultitude d’îlots, je suis tombé sur un petit joyau bien caché au milieu de Sulawesi, j’ai nommé l’archipel des Togian. Amateur de mer turquoise, enfile donc ton maillot, l’éden est à la portée de ta souris !

Je suis à peu près certain qu’en lisant mes aventures, de temps à autre, vous devez vous dire : “c’est sympa ses histoires, les paysages ne sont pas non plus dégueu, mais pour la plage et la mer turquoise, tu peux repasser”. C’est vrai, je vais vous faire une confidence, la plage, ça n’est pas trop mon truc. Mais histoire de vous donner tort, cet été de l’année 2011, durant mon voyage à Sulawesi, après avoir fait un petit tour par le pays Toraja, je suis allé me la couler douce durant une semaine sur les îles Togian, à Kadidiri.

C’est sympa ses histoires […], mais pour la plage et la mer turquoise, tu peux repasser

Même si les stations balnéaires, ça n’est pas trop ma tasse de thé, je ne suis pas non plus insensible aux charmes d’une eau turquoise et au sable blanc. Encore faut-il que ça soit loin de la hype et des hôtels. Exit donc Kuta beach et son Sky Garden. Pour que le sable blanc et la mer turquoise aient réellement des airs de paradis, il faut que le seul extra soit une petite cabane, si possible sommaire et pas trop de monde.

Je fais en quelque sorte un peu mon Robinson Crusoé. Mais je ne pousserai pas la comparaison très loin, car survivre seul sur une île perdue, je ne vais pas vous faire le coup du grand aventurier, j’en suis bien incapable ! En voyage, j’aime le très simple et le rustique, mais comme je suis également un peu feignant, je n’ai rien contre une petite table, tout aussi rustique, où l’on peut manger sans devoir se servir de son arc et de sa canne à pêche !

Donc les îles Togians, sur la carte, c’est un archipel un peu paumé au milieu du golf de Tomini, niché dans un creux de cette île à la forme étrange qu’est Sulawesi.

Et pourquoi ces petites îles paisibles ne sont pas envahies ? La réponse tient en deux mots, c’est loin. Aucun aéroport sur ces îles et des bateaux pas si fréquents que ça pour s’y rendre. Le voyageur pressé n’a pas le temps d’aller aux Togian, car à peine arrivé d’un long voyage, il lui faudrait déjà repartir.

Le bateau d’Ampana à Wakai navigue sur une mer tellement calme qu’on se croirait en fait sur un lac. On est également loin des ferries bondés que l’on rencontre habituellement en Indonésie. De Wakai, un autre bateau, minuscule celui-là, vous emmène à Kadidiri.

Arrivé à Kadidiri, le cahier des charges est respecté. Une petite plage, trois guesthouses, et rien d’autre, nada ! L’île n’est pas habitée.

À gauche, mon cabanon sur l'île de Kadidiri
À gauche, mon cabanon sur l’île de Kadidiri

Une fois installé dans mon cabanon, le programme consiste à faire plouf, bouquiner, puis refaire plouf. Vous l’aurez compris, un emploi du temps qui risque de vous mener droit au burnout. Mais ne croyez pas que ça soit si facile que ça. Oh que non, soyons honnête cinq minutes et au lieu de vendre du rêve à tout va, recensons les difficultés majeures auxquelles il conviendra de faire face lors d’un séjour aux Togian :

  • Kadidiri n’est qu’à 40 km de l’équateur. Donc nécessairement, il y fait un peu chaud et humide. Mais quand l’envie de vous rafraîchir vous assaille telle une urgence absolue, c’est peine perdue. Vous pouvez toujours vous précipiter à l’eau tel un dératé, la mer n’est pas fraîche, pas du tout du tout. Voilà voilà, ça commence plutôt mal 😉
  • La mer dans le golfe de Tomini, c’est le calme total, une mer d’huile. Vous rêviez d’être bercé au doux son du ressac, et bien c’est mort, car du ressac, il n’y en a pas.
  • Il n’y a pas d’électricité et donc pas d’éclairage. Ça n’a l’air de rien, mais après une soirée où l’envie de vous désaltérer à la Bintang1bière indonésienne vous aurait un peu trop accaparé, le voyageur imprudent que vous êtes et qui a oublié sa lampe se trouve fort dépourvu pour rentrer à son cabanon.
  • Dans cette ambiance bien trop détendue, à trop parler de la très grande sagesse du voyageur que vous êtes avec d’autres voyageurs encore plus sages, vous finissez par baisser la garde. Et paf, les stéréotypes les plus idiots sur les Australiens, les Allemands ou encore les Papous reviennent au galop. Comment ça, vous ne connaissez pas de stéréotypes sur les Papous ?
  • Mais le plus gros danger qui vous guette, c’est qu’à être tellement à la cool et de bonne humeur durant votre séjour dans ce petit paradis, même le plus gros ronchonot de la Terre (ça par contre, ça n’est pas moi, je suis rarement ronchonot) risque fort d’être d’humeur badine. Dans ces cas-là, sans crier gare, l’irréparable se produit, vous vous faites des amis. Et si vous êtes un gros veinard (là par contre, c’est moi), ils n’habitent pas très loin de chez vous. Au lieu de refaire le monde avec eux uniquement durant vos voyages, voilà que ça continue une fois rentré à la maison. Non vraiment, si on vous avait prévenu, vous n’y seriez sans doute jamais allé aux Togian.
Un 100 m ici, c'est 50 sur la jetée suivi d'un plouf.
Un 100 m ici, c’est 50 m sur la jetée suivi d’un plouf.
La piste d'envol ;-)
La piste d’envol de Kadidiri

Il va sans dire que les amateurs de plongée seront aux anges. Ils pourront s’adonner à leur passion dans des conditions assez exceptionnelles. Les grands explorateurs pourront également s’aventurer dans la jungle. Le gros feignant que je fus n’en a même pas eu le courage. N’oubliez pas de me le rappeler la prochaine fois que je me moquerai de certains touristes pas très curieux 😉

Enfin, en réunissant un groupe de 6 à 8 personnes, il est possible d’affréter un bateau à la journée pour un superbe tour vers Bolilangga et Malenge avec des spots de snorkeling assez incroyables ainsi que des pauses sur des îles et des plages encore plus perdues.

Quelque part entre Kadidiri et Malenge
Quelque part entre Kadidiri et Malenge

Cette virée en bateau peut-être également l’occasion d’aller voir les Bajaus, les nomades de la mer qui vivent sur certains de ces petits îlots. Allez donc voir les magnifiques photos de Julien Gérard de ces Bajaus, ça devrait terminer de vous convaincre.

J’espère donc avoir donné le meilleur de moi même pour vous décourager ne serait-ce que d’approcher ce petit coin de paradis. Si vous décidez néanmoins de passer outre, c’est décidément à n’y rien comprendre !

Conseils pratiques

Comment aller aux Togian

La porte d’entrée pour se rendre aux îles Togian est soit Wakai au sud, soit Gorontalo au nord. Les horaires sont très fluctuants d’une année sur l’autre et ne sont pas vraiment respectés à la lettre, mais ça ressemble à ça (ces horaires ont été remis à jour en 2016) :

  • Des bateaux qui desservent assez régulièrement Wakai depuis Ampana. Il y a un bateau tous les jours au départ d’Ampana vers 9 h / 9 h 30 (sauf le vendredi). La traversée dure environ 4 h.
  • Dans l’autre sens, Wakai-Ampana, il y a un bateau chaque matin, sauf le lundi et le vendredi.
  • Il y a également maintenant un speedboat tous les jours à 9 h qui arrivent à Wakai à 10 h 30.
  • Le speedboat repart de Wakai à 11 h et arrive à Ampana à 12 h 30.
  • Depuis/vers Gorontalo, un ferry effectue la liaison deux fois par semaine. Il part de Wakai les lundi et jeudi vers 15 h / 16 h et arrive à Gorontalo à 5 h du matin le lendemain. De l’autre sens, le ferry part de Gorontalo les mardi et vendredi à 17 h et arrive à Wakai le lendemain à 6 h du matin.

Gardez à l’esprit néanmoins qu’il est assez fréquent que l’un ou l’autre des bateaux effectuant la liaison soit en rade, auquel cas le planning s’en trouve allégé. À Wakai, les trois auberges de Kadidiri envoient un petit bateau pour récupérer les passagers et vous emmener gratuitement.

Vous trouverez ici un tableau récapitulant tous ces horaires ou encore ici.

Quand aller aux Togian

La saison la moins humide va de juin à septembre. Mais il est préférable d’éviter les mois de juillet-août. Les Togian ont beau être un peu perdus, l’affluence durant ces deux mois dépasse parfois les possibilités d’hébergement qui sont assez limitées. Il est bien entendu possible de dormir sur la plage, mais ça ne sera pas gratuit, et vous risquez d’avoir quelques amis un peu urticants, j’ai nommé les sandflies !

Où loger à Kadidiri

Le choix est assez vite fait puisqu’il n’y a que trois guesthouses.

  • Pondok Lestari : la plus rustique des trois mais également ma préférée. Elle est tenue par une famille Bajo des plus sympathique. Les bungalows sont des plus simples, sans douche ni sanitaire qui sont communs. Mais si vous recherchez le calme et la simplicité, vous êtes à la bonne adresse. Il est possible à l’occasion d’aller à la pêche avec le père de famille ou un des fils ainsi qu’en sortie snorkeling gratuite. Tout est ici très très informel.
  • Les deux autres, le Black Marlin et Kadidiri Paradise proposent des bungalows qui restent simples tout en étant plus confortables. Mais il ne s’agit plus ici d’une affaire familiale, mais d’un business bien plus organisé avec centre de plongée. À noter que vous pouvez bien entendu faire appel à leurs services pour la plongée même si vous ne logez pas chez eux.

   [ + ]

1. bière indonésienne
Laurent

À propos de Laurent

Attiré par les destinations moins courues, en recherche perpétuelle du Kiffistan, je partage ici ma passion du voyage. J'essaye désespérément de me prendre très au sérieux, mais à ce jour, c'est un échec cuisant. Pour en savoir plus sur ce blog et sur moi, c'est par ici.

Une dose régulière de One Chaï ?

Comme les 1403 abonnés, reçois 2 fois par mois les nouveaux articles par mail.

Des récits drôles et enjoués, garanti 0 spam et tu désertes quand tu veux !