Un livre photo pour les 2 ans de One Chaï

Oyez oyez, samedi dernier, c’était jour de fête. Si vous ne me croyez pas, allez donc consulter illico presto les éphémérides, toutes vous diront sans aucune hésitation, tâtonnement ou doute qu’il y a deux ans, le 29 novembre 2012, naissait One Chaï. Une seconde bougie de soufflée, c’est donc une nouvelle page qui se tourne. Mais pour pouvoir tourner une page, là normalement vous sentez venir la suite, il faut … un livre évidemment ! Et les pages du blog étant assez imagées, ce n’est pas dans un roman que One Chaï s’est échappé, mais bien entendu dans un livre photo.

Quand le projet du blog a germé dans ma tête, c’était avant tout pour faire quelque chose de mes photos. Vous raconter des histoires est un plaisir qui est venu par la suite. Mais voilà, je ne sais pas si c’est générationnel ou pas, mais internet n’aura jamais à mes yeux la noblesse du papier.

Mon livre photo avec ses nouveaux amis
Mon livre photo avec ses nouveaux amis

J’aime partager sur ce blog, si possible sans me prendre trop au sérieux, mes histoires et mes photos de voyage. J’espère que ça vous plaît et ne suis pas mécontent du travail accompli, mais quand je vais traîner mes guêtres à divers festivals de voyage, j’admire avec une petite pointe de jalousie les livres édités et vendus par d’autres voyageurs.

Libre à moi évidemment de me lancer comme eux dans l’aventure, mais je dois avouer qu’un tel projet, trouver un éditeur et tout le toutime ne me semble pas forcément très réaliste. Et puis au fond, avant d’arriver à ce genre de Graal, je ne serais déjà pas mécontent d’en avoir un juste pour moi des livres photo. Un que je peux admirer tranquillement chez moi assis dans mon canapé. C’est certes un peu narcissique, mais allons bon, se faire plaisir de temps en temps n’a jamais fait de mal à personne non ?

Alors évidemment, quand CEWE m’a proposé de tester leurs livres photo, ça n’est pas vraiment tombé dans l’oreille d’un sourd. Pour fêter son deuxième anniversaire, One Chaï a donc décidé de quitter un instant ce doux monde du virtuel. Il s’est échappé de l’écran pour faire sa star sur du papier 🙂

Ne restait plus qu’à trouver le sujet. Rentrant juste d’un voyage au Tadjikistan et étant allé au Kirghizstan et en Ouzbékistan il y a deux ans, le thème était tout trouvé. J’avais suffisamment de photos à disposition pour réaliser un livre photo sur l’Asie Centrale, sur ces pays en « Stan ». Le titre était donc tout trouvé, ça serait un « Détour en Stan ».

Un livre photo pour un détour en stan
Un livre photo pour un « détour en Stan »

Après avoir réalisé ce livre photo (je vous parle de tout ça sur le blog de CEWE), et maintenant que ce « Détour en Stan » est entre mes mains, l’heure du bilan a sonné.

Les bons points du livre photo CEWE

  • Le premier à mon sens, et pas des moindres, c’est que le livre ne se fait pas directement en ligne, mais via un logiciel que l’on installe. Ça peut peut-être sembler moins pratique pour qui voudrait faire quelque chose de vite fait bien fait, mais appartenant pour ma part plutôt à la catégorie des pinailleurs, le logiciel m’offre une interface bien plus puissante pour arriver à mes fins.
  • Ce premier point n’est cela dit pas sans poser problème, car qui dit logiciel à installer dit dans mon cas « il va falloir qu’il fonctionne sous Ubuntu (Linux) ». Bah oui, mon PC tourne sous Ubuntu que voulez-vous. Et là, chapeau bas à CEWE pour supporter aussi bien Windows que Mac ou Linux, c’est suffisamment rare pour être salué.
  • Si on ne veut pas y passer un temps fou, le logiciel peut faire pour ainsi dire tout tout seul. Mais si on est un peu pinailleur et que l’on a une idée très précise de ce à quoi on souhaite arriver, tout est prévu. Pour ma part, j’ai réalisé une quinzaine de modèles de mise en page différents que j’ai ensuite réutilisé en alternance pour tout le livre.
  • La mise en page est respectée au millimètre et dans le cas des photos en double page, il n’y a pas de décalage vertical entre les deux pages.
  • Le rendu sur papier mat fait vraiment très pro. Tout d’ailleurs fait très pro, l’impression, la couverture rigide. Mon livre ne dénote pas au milieu des autres et je me surprends régulièrement à en tourner les pages, un peu comme un gamin quoi ! S’il reste encore des progrès à faire, c’est au niveau de mes photos. Mais qui sait, peut-être qu’un jour, je prendrai des clichés comme ceux du livre de Matthieu Paley sur le Pamir (à la droite du mien sur la photo), on peut toujours rêver ! Il n’en reste pas moins que quand je tombe sur la photo de Mourgab en double page (plateau du Pamir), une furieuse envie d’y retourner illico presto démange mes semelles !
Couverture et reliure soignée
Couverture et reliure soignée
Mourgab et son sidecar en double page
Mourgab et son sidecar en double page
Sans oublier Samarcande
Sans oublier Samarcande
Et Amir y a trouvé sa place évidemment
Et Amir y a trouvé sa place évidemment

Aucun défaut ?

  • Le nombre minimum de pages est de 26. Là, rien à dire, moins de 26 pages, ça n’est pas vraiment un livre. Mais on ne peut ensuite ajouter des pages que 8 par 8. Pas toujours évident de tomber sur le compte voulu. 2 par 2 eut été plus pratique.
  • Un joli livre comme celui-là, ça n’est tout de même pas donné. Le mien de 90 pages au format A4 panorama sur papier mat premium avec une couverture rigide coûte un peu plus de 90 € (93,95 €  pour être précis). Évidemment, on peut faire baisser la note avec du papier satiné (78,95 €), ou encore en étant plus raisonnable quant au nombre de pages (moitié moins de page réduit grosso modo le prix d’autant). On peut enfin opter pour un format plus petit, bref, il y a l’embarras du choix. Mais dans tous les cas, ça restera plus cher qu’un livre acheté dans le commerce. Mais j’enfonce peut-être un peu une porte ouverte. On peut en effet difficilement espérer réaliser son propre livre photo pour le prix d’un tirage en grande série, à moins bien sûr de croire au père Noël !
  • Pour ceux qui voudraient un rendu encore plus pro, il n’est pas possible, même en mettant la main à la poche, de faire disparaître le logo CEWE de la marge et de la dernière page du livre.

Mes conseils pour réussir son livre photo

C’était la première fois que je réalisais un livre photo. Comme toujours dans ces cas-là, j’ai donc cherché un peu d’inspiration à droite à gauche pour la mise en page, notant ce qui me plaisait et ce qui me plaisait moins. Évidemment, les goûts et les couleurs, c’est quelque chose d’assez personnel, mais voici tout de même quelques conseils :

  • Réalisez au préalable un certain nombre de maquettes de mise en page, ou sélectionnez celles proposées par le logiciel. Il est bon d’avoir une certaine cohérence d’une page à l’autre.
  • Ne pas utiliser la même mise en page pour chaque page. Ça rend le livre visuellement assez monotone. Alterner donc les photos en pleine page, avec d’autres plus petites ou verticales.
  • Ne pas vouloir a tout pris remplir tout l’espace. Avoir des zones de blanc allège considérablement le rendu.
Stupeur, il a piqué mon pakol !
Stupeur, ce gars a piqué mon pakol !

Bilan des courses, et bien en quatre mots, à quand le prochain ? Non sérieusement, vous l’avez compris, je trouve le résultat vraiment top et l’idée d’en réaliser un autre cette fois sur l’Inde ne devrait pas tarder à s’imposer. Il serait en effet impensable de ne pas coucher sur du papier cette destination un peu fétiche. Obsession conviendrait peut-être mieux que destination d’ailleurs.

Et à défaut de fêter vos deux bougies de la sorte, j’aurais bien une petite idée à vous suggérer, Noël et sa sempiternelle course aux cadeaux approchent. Alors si vous êtes à court d’idées, enfin vous voyez ce que je veux dire quoi 😉

Le blog entame donc maintenant sa troisième année. À nouveau un grand merci aux fidèles et aux autres. Pas de doute, bébé a grandi. Je ne saurais dire s’il est ado ou adulte, mais une chose est sûre, l’âge de la retraite n’a pas sonné ! On se retrouve donc bien sûr la prochaine fois à nouveau en version virtuelle, à moins que vous ne me croisiez dans la rue, mon « Détour en Stan » sous le bras !

Laurent

À propos de Laurent

Attiré par les destinations moins courues, en recherche perpétuelle du Kiffistan, je partage ici ma passion du voyage. J'essaye désespérément de me prendre très au sérieux, mais à ce jour, c'est un échec cuisant. Pour en savoir plus sur ce blog et sur moi, c'est par ici.

Une dose régulière de One Chaï ?

Comme les 1302 abonnés, reçois 2 fois par mois les nouveaux articles par mail.

Des récits drôles et enjoués, garanti 0 spam et tu désertes quand tu veux !