Pano 360 : sur les rives du lac Song-Köl

Je sais bien que je vous ai déjà quelque peu rebattu les oreilles avec le lac Song-Köl, mais voilà, je ne vous avais pas amené jusqu’à la rive, un comble pour un lac, vous en conviendrez, c’est ballot ! Alors, histoire de faire les choses bien, allons-y en mode panoramique. Eh oui, j’aime bien vous donner le tournis de temps à autre. C’est parti, retour au Kirghizstan, et tournez manège !

Petite remise en situation, le lac Song-Köl est perché au cœur des steppes et des montagnes kirghizes. J’y suis allé à cheval, ce qui fut une grande première pour moi qui n’avais jamais chevauché un canasson de ma vie. N’hésitez pas évidemment à revivre ici cette chevauchée fantastique. Allons bon, ne craignons point un peu d’emphase, après tout, nous ne sommes pas très loin du pays de Gengis Khan !

Pour ma tête et mes yeux, ces deux journées de tagada, tagada, tagada furent pleines d’allégresse. J’ai même cru voler un instant, juché au galop sur mon fidèle destrier. Mais allez savoir pourquoi, mon popotin fut lui un peu plus tourmenté. Deux jours de repos sur ces rives à l’eau turquoise étaient donc amplement mérités. Pensez donc, une eau bleue comme ça, comment résister à l’envie d’y plonger la tête la première.

Mon popotin fut lui un peu plus tourmenté

Sauf qu’en fait, le lac Song-Köl est perché à 3000 m, donc l’eau a beau y être turquoise, ça n’est pas un congélo, mais c’est tout de même un bon frigo. J’ai donc fièrement tenu le rôle de l’aventurier de pacotille en restant assis sur la berge à regarder mes compagnons de virée équestre aller eux se baigner. Impossible de faire jeu égal avec un Hollandais et une Allemande qui plus est familiers des bains hivernaux dans la mer du Nord.

Faute d’aller activer ma circulation sanguine, j’ai vaqué durant ces deux journées à une de mes activités favorites en voyage, admirer le paysage, m’asseoir quelque part et jouer au spectateur. Boire jusqu’à plus soif le spectacle de ces collines ondoyantes et de ces yourtes qui complètent le tableau à merveille. Les chevaux broutaient tranquillement une herbe assez rare et se baladaient librement pendant que les gamins s’adonnaient aux courses hippiques en chevauchement fièrement leur mule.

Évidemment, mes deux compagnons de voyage ne trouvèrent rien de mieux à faire que de troubler cette parfaite harmonie en sortant de l’eau en courant aux cris de divers jurons hollando-allemand qui au dire des traducteurs les plus aguerris signifiaient « fichtre diantre de put… de sa race, elle est glacée cette flotte de m…. et avec ce zef de malade, ça pelle grave ! ». Au moins, le message est assez clair et me voilà réconforté d’avoir choisi avec une certaine couardise de botter en touche. En fait, pour être honnête, ils se sont contentés de courir jusqu’à leurs serviettes en vocalisant quelque peu, mais cette chute manquait un peu d’éclat, vous ne trouvez pas ?

Et zou, maintenant on tourne 🙂

Pour profiter pleinement du panorama, cliquez sur l'icône plein écran (4 flèches) et déplacez-vous avec la souris tout en maintenant le bouton gauche enfoncé.

Laurent

À propos de Laurent

Attiré par les destinations moins courues, en recherche perpétuelle du Kiffistan, je partage ici ma passion du voyage. J'essaye désespérément de me prendre très au sérieux, mais à ce jour, c'est un échec cuisant. Pour en savoir plus sur ce blog et sur moi, c'est par ici.

Une dose régulière de One Chaï ?

Comme les 1302 abonnés, reçois 2 fois par mois les nouveaux articles par mail.

Des récits drôles et enjoués, garanti 0 spam et tu désertes quand tu veux !