Si Phan Don (les 4000 îles)

Dans l’imaginaire du voyageur comme celui du touriste, les îles sont un peu le Graal absolu. Le soleil, la plage, les cocotiers, une eau bleu turquoise, le repos dans la plénitude, un vrai cliché de brochure touristique. À Si Phan Don, les choses sont un peu différentes. Si Phan Don n’est pas une île paradisiaque perdue un milieu du Pacifique puisque c’est au Laos. Je sens bien que les experts en géographie et ceux qui connaissent un peu la région sont assez dubitatifs, “une île au Laos, m’enfin, le Laos est un pays enclavé qui n’a pas d’accès à la mer”. Et pourtant … Le Laos est traversé du Nord au Sud par le Mékong. Arrivé au sud du pays, le fleuve, gonflé de ses divers affluents n’est plus un simple cours d’eau mais une véritable avenue de plus d’un kilomètre de large. Et au sud de Paksé, il est parsemé d’îles et dépasse alors les 10 km de large. Ces îles sont au nombre de 4000 si l’on compte le moindre caillou et banc de sable qui affleure, sinon on parle plutôt d’une centaine. Mais comme vous parlez bien évidemment couramment lao, vous aviez déjà compris tout ça puisque si phan veut dire 4000 et don île. Donc Si Phan Don, les 4000 îles.

Dans la brochette des clichés “îles” à quoi a-t-on droit ici ? Le soleil ? Mis à part durant la mousson, ça devrait aller. Pour la plage ça risque par contre d’être un peu plus délicat. Mais que cela ne vous empêche pas de vous installer confortablement dans un hamac devant la cahute 3 étoiles dans laquelle vous avez élu domicile pour quelques jours. Les cocotiers sont également au rendez-vous mais pour l’eau bleu turquoise il va également falloir repasser. Enfin pour le repos et la plénitude, pas de soucis. L’île principale de Don Khong étant un peu trop grosse et trop peuplée, je jette mon dévolu sur Don Det, un petit îlot au sud de Si Phan Don. À Don Det, pas de voiture, tout au plus quelques motos et des vélos.

Ma cahute 3 étoiles à Don Det
Ma cahute 3 étoiles à Don Det

Pas de tracteur non plus puisque la charrue est tractée par un bœuf. En musardant au milieu des rizières, peut-être croiserez vous ce villageois espiègle qui, me voyant l’admirer au maniement de sa charrue me proposa … de m’y essayer ! Un peu déconcerté dans un premier temps et me demandant si j’avais vraiment bien compris, devant son grand sourire, je finis par accepter. Je ne suis pas repassé à la saison des récoltes pour voir si du riz avait poussé là où j’ai labouré mais ça n’était pas de la tarte cette histoire ! Évidemment c’est le brave bœuf qui tirait la charrue mais il n’empêche, j’avais d’avantage l’impression de m’accrocher à la charrue pour ne pas dégringoler dans la boue que de vraiment diriger quoi que ce soit. Fou rire des petits et des grands en tout cas, je ne suis pas prêt d’oublier ce moment.

Labour des rizières
Labour des rizières

Mes talents d’agriculteur laissant quelque peu à désirer, je décide d’aller tout au sud de Si Phan Don, aux chutes de Khon Phapheng. Alors que le Mékong semble plutôt léthargique plus en amont, il en va tout autrement ici. Ce ne sont pas non plus les chutes du Niagara mais le fleuve gronde tout de même sérieusement. Des pêcheurs viennent jeter leurs filets au milieu de ces rapides. Fort heureusement, aucun d’entre eux ne jugea nécessaire d’examiner mon habileté au maniement du filet, sans quoi je risquais fort de traverser clandestinement la frontière cambodgienne toute proche, emporté par les flots !

Les chutes du Mekong à Khon-Phapheng
Les chutes du Mekong à Khon-Phapheng
Pêcheur aux chutes de Khon Phapheng
Pêcheur aux chutes de Khon Phapheng

Vient enfin le meilleur moment de la journée, le coucher du soleil sur le Mékong. Personne n’a d’ailleurs relevé que je l’avais oublié dans la liste des clichés catégorie “îles”. Je ne l’avais pas oublié, je gardais ça pour la fin. Car les couchers de soleil à Si Phan Don appartiennent à la catégorie 5 étoiles. J’entends déjà vos objections, toutes les brochures touristiques vantent les couchers de soleil du lieu décrit comme étant les plus beaux. Certes, mais à Don Det, c’est la réalité réelle ! Comme toujours sous les tropiques, l’instant est assez fugace donc soyez à l’heure. Le ciel vire à l’orange avant de muer vers le rose avec les dernières lueurs du jour.

Coucher de soleil à Si Phan Don
Coucher de soleil à Si Phan Don

Après une si dure journée, il est évident qu’il va falloir rester un peu plus longtemps à Si Phan Don. Mon voyage d’un an approchait alors de son épilogue donc plutôt que de courir les routes pour visiter un maximum de lieux avant de rentrer en France, je décidai de me poser une semaine à Don Det, au milieu des 4000 îles du Mékong.

Un conseil pour terminer,  pour se rendre à Si Phon Don, si le niveau du Mékong le permet (ce n’est pas toujours le cas durant la saison sèche) ne prenez pas le bus mais un bateau depuis Paksé, histoire de vivre quelques heures au gré de ce fleuve. Évitez de vous installer à côté du moteur qui risque de vous marteler les tympans et laissez vous glisser, glisser, glisser.

Laurent

À propos de Laurent

Attiré par les destinations moins courues, en recherche perpétuelle du Kiffistan, je partage ici ma passion du voyage. J'essaye désespérément de me prendre très au sérieux, mais à ce jour, c'est un échec cuisant. Pour en savoir plus sur ce blog et sur moi, c'est par ici.

Une dose régulière de One Chaï ?

Comme les 1392 abonnés, reçois 2 fois par mois les nouveaux articles par mail.

Des récits drôles et enjoués, garanti 0 spam et tu désertes quand tu veux !