Un voyage en Jordanie pour devenir célèbre, ou pas

Le premier article de retour d’un voyage est pour moi l’occasion, tradition oblige, d’en décrire l’itinéraire et d’agrémenter ça de quelques photos qui feront je l’espère un peu pétiller tes yeux. J’y glisse également quelques conseils pratiques pas toujours si pratiques que ça, et pour combler le tout, il n’est pas impossible que ça parte ici ou là en roue libre, parce que voyager sérieusement, ça n’est pas très sérieux.

La Jordanie, ce pays qui a rendu célèbre Lawrence d’Arabie, mais également Indiana Jones, figure-toi que je n’y étais jamais allé. Quand ma directrice de la communication a appris ça, elle m’a dit « Lolo, si tu veux vraiment devenir Grand Émir du Kiffistan, toi aussi, il faut que tu ailles en Jordanie ».

Pourquoi la Jordanie aujourd’hui

Visiter ce pays, j’y songeais depuis les calendes grecques, mais pour des raisons pas très claires, je reportais ça sans cesse. Fin 2016, j’étais à deux doigts de monter à bord du premier pédalo en partance pour le Levant, jusqu’à ce qu’une idée à la con de génie me foudroie.

Je venais alors de passer trois jours au Caire quand l’éclair m’a frappé. Plutôt que de me rendre en Jordanie pour mon prochain voyage, j’allais revenir au Caire apprendre l’arabe égyptien. Après quoi, fort de cette parfaite maîtrise de cette belle langue, je pourrais partir me balader tranquillement en Jordanie.

Prendre des cours d’arabe au Caire, c’était une idée géniale, mais faute de pratique, j’ai depuis pour ainsi dire tout oublié. Mais même si mon arabe n’a pas brillé en Jordanie, il a fait rire, c’est l’essentiel.

Jordanie, me voilà

Mais je m’égare, revenons-en à nos moutons. Ma dircom m’avait dit « pour ta tournée jordanienne Lolo, il va vraiment falloir que tout soit réglé aux petits oignons, que tu sois reçu par les pontes du coin, avec des bains de foule, bref, la totale ».

Sauf que l’organisation et moi, ça fait deux, ou même trois (comme les pattes des canards). La planification, les petits oignons, tout ça tout ça, on a vécu ensemble une paire d’années, mais c’était il y a longtemps. Un beau jour, l’ordre du jour et l’emploi du temps ont pris leurs cliques et leurs claques, me laissant seul, un chaï à la main.

Fort heureusement, une fois arrivé sur place, les miracles s’enchaînent. N’oublions pas après tout que nous sommes en Terre sainte. À peine sorti du terminal de l’aéroport d’Amman, pour la première fois de ma vie, quelqu’un m’attend derrière les barrières, une affichette à mon nom entre les mains. En toute honnêteté, ça fait un peu peur. On frôle même la décadence la plus totale, mais soit, allons-y.

Après quoi l’itinéraire se déroulera devant mes pieds d’un claquement de doigts. Je serai reçu par des gens merveilleux (on ne le répétera jamais assez, les Jordaniens sont épatants) et aurai même droit à mon bain de foule.

Trois semaines en Jordanie et puis s’en va

Au programme de ce voyage au royaume des Hachémites, Madaba, Karak, Pétra (évidemment), Aqaba, le désert du Wadi Rum avant de refermer la boucle par Amman ainsi qu’un détour par Jerash et Salt. Rien que du très classique somme toute.

Sur place, annoncer que tu es là pour trois semaines, ça interpelle bien des touristes. Je ne compte plus les fois où l’on m’a dit « ouah, trois semaines », sans que je comprenne vraiment si ça ne suscitait pas en fait davantage d’incrédulité que d’envie. Je pense même avoir croisé plus de monde venu en Jordanie pour quatre jours que pour trois semaines ! Mais après tout, tous les goûts sont dans la nature.

Un aperçu de cette tournée

Alors comment c’était ? Inutile de nier, je te vois, mes histoires de tournée, de dircom et j’en passe, tu t’en fous un peu. Toi, ce qui t’intéresse, c’est de savoir si la Jordanie est un pays qui vaut le détour ou si ça ne casse pas trois pattes à un canard (spoiler : y a pas de canards dans ce pays).

Même si je ne suis pas Prévert, ces 3 semaines méritent bien un petit inventaire :

  • Ma dircom m’avait conseillé les bains de foule. Je dois reconnaître que même à distance, elle a rondement bien mené tout ça. Un certain mercredi à 9 h 48 précise à Pétra, alors que j’émerge devant le Trésor (Al-Khazneh pour les intimes) après la longue traversée du Siq, mamamia, tous mes followers sont réunis et m’attendent. Une véritable consécration !
Foule devant le Trésor à Pétra
Le Trésor, un 21 novembre à 9h48
  • Côté salamalecs avec les pontes locales, ce fut également un succès. J’ai en effet eu droit aux honneurs du mémorial de Moïse au mont Nébo, à la sollicitude du château d’Hérode de Grand à Machéronte et la sérénité de la statue de Saladin à Karak. Sans oublier bien sûr la fraîcheur inégalée de la fontaine de Lawrence dans le désert du Wadi Rum. À tous, un grand merci, vraiment !
Mémorial de Moise au mont Nébo
Mémorial de Moïse au mont Nébo
Château d’Hérode de Grand à Machéronte
Château d’Hérode de Grand à Machéronte
Chateau de Karak
Château de Karak
  • Voulant poursuivre sur cette lancée, à Aqaba, un yacht devait m’emmener pour une tournée en Israël, en Égypte ainsi qu’en Arabie Saoudite (les frontières de tous ces pays se trouvent ici prises dans un mouchoir de poche). Mais il y a eu un petit couac, car c’est un cargo Iraki Line qui m’y attendait. C’était peut-être l’occasion d’aller faire un tour à Bassorah cela dit.

Cargo Iraqi Line Aqaba

  • Un conseil à l’égard du touriste bien élevé. Rester une demi-heure sous la douche, c’est pas bien. Les hôtels avec piscine, ça non plus, c’est pas bien du tout. La Jordanie est un des dix pays les plus arides au monde. Car oui, globalement, c’est un désert. Et même si la gestion de ce problème de l’eau ne semble pas toujours très pertinente sur place, faire attention ne peut pas nuire.
  • Une précision cette fois à l’égard du touriste stressé. Visiter la Jordanie, ça n’est pas dangereux. Même la carte des conseils aux voyageurs du ministère des Affaires étrangères est toute jaune. Quand on connaît la célérité avec laquelle le MAE sort le Stabilo orange, c’est un signe qui ne trompe pas.
  • Au risque de casser un mythe, Pétra, c’est une tuerie, mais en fait, en vrai de vrai, même si c’est le site qui attire le plus grand nombre de touristes, ça n’est pas LA tuerie. Non, LA tuerie, le truc qui envoie ton postérieur percuter le sol et fait se décrocher ton dentier, c’est le désert du Wadi Rum.
Pétra, monastère Al-Deir
Pétra, monastère Al-Deir
Pétra, tombes royales
Pétra, tombes royales
Désert du Wadi Rum, la perle de la Jordanie
Désert du Wadi Rum, la perle de la Jordanie
Wadi Rum, little rock bridge
Wadi Rum, little rock bridge
  • Venons-en aux arnaques. Il est conseillé de faire très attention aux appellations locales qui ne semblent pas, c’est le moins que l’on puisse dire, très contrôlées. Quelques exemples, la mer Morte n’est absolument pas morte, quant à la mer Rouge, elle n’est ni noire, ni morte, ni rouge.
  • En Jordanie, marcher le long des routes de campagne n’est pas simple. Non pas que les conducteurs soient des chauffards, mais quand bien même tu ne tendrais pas ton pouce, une voiture s’arrêtera pour te charger.
  • Au royaume des Hachémites, on a fait des panneaux #♥Petaouchnok une religion. Même les petites bourgades où sans doute pas un touriste ne fait halte ont droit au leur.

I love IG

  • Je ne saurais dire si manger du hummus, des felafels et des olives à longueur de repas est très diététique, mais ça le fait bien. Et pour digérer le tout, rien de tel qu’un chaï et une chicha.
  • Je peux mettre une croix de plus sur la liste des sept nouvelles merveilles du monde (essaye donc d’en deviner la liste avant de cliquer sur le lien). Tout le monde en conviendra, mettre des croix sur une liste, c’est essentiel. J’en suis à trois sur sept, un vrai winner. Après ça, j’enchaîne avec les 34 lieux incontournables de la galaxie. 

La tuerie, le truc qui envoie ton postérieur percuter le sol et fait se décrocher ton dentier, c’est le désert du Wadi Rum

  • La Jordanie, mine de rien, comparée aux pays de la région comme l’Égypte ou encore la Turquie, c’est pas donné. En 23 jours sur place, en voyageant seul et sans faire la moindre folie, j’ai dépensé 1050 €, soit 45 € par jour. Un voyage en Égypte coûterait environ deux fois moins cher.

Alors plutôt Égypte ou Jordanie

Paf, forcément, si je te dis que voyager en Égypte coûte bien moins cher qu’en Jordanie, toi qui hésites et commences à envisager la courte paille pour départager ces deux pays, je te souffle mon point de vue.

Honnêtement, la seule bonne réponse, c’est de visiter les deux. Mais comme il n’est tout de même pas évident de visiter les deux en même temps, et bien je te glisse ça dans le creux de l’oreille : va d’abord en Égypte. Tu iras en Jordanie l’an prochain. Pourquoi ? Et bien tout simplement parce que le nombre de touristes en Égypte est lui aussi en train d’augmenter, mais est encore à des niveaux relativement bas. Autant en profiter tant qu’il est encore temps. Et crois-moi, même dans un an, le sable du Wadi Rum sera toujours là à t’attendre. Pas convaincu ? Je te parle de mon voyage en Égypte sur le blog.

Président, c’est l’heure du bilan

Tu l’auras compris, durant ce voyage, je n’étais pas vraiment seul, pas du tout du tout. Ça fait même bien longtemps que je ne m’étais pas retrouvé en voyage dans un pays aussi touristique. Le tourisme en Jordanie commence à souffrir d’un certain embonpoint, mais on arrive encore à respirer. D’autant qu’en dehors de Pétra, on est tout de même assez peinard.

Alors je ne vais pas te faire le coup du « j’suis méga déçu, y avait plein de monde, c’était nul ». Je ne m’attendais pas en effet à de telles foules en novembre, mais c’est la vie, on fait avec.

Donc non, je ne regrette pas le quart du début d’une seconde d’y être allé, c’était top. J’eus été, il est vrai, bien inspiré d’y aller il y a quelques années, mais c’est ainsi. Sauf à développer un don d’ubiquité, on ne peut pas non plus être partout à la fois.

Quant à l’objectif premier de cette visite, à savoir une opération de relation publique, force est de constater que Pétra et le Wadi Rum resteront plus célèbres que moi pour encore quelques années, ce qui n’est sans doute pas plus mal !

Et pour clore ce bilan, envoie encore quelques photos (avec les sous-titres)…

Madaba, église Saint Georges
Madaba, église Saint Georges
Chateau de Karak
Chateau de Karak, au bout la lumière
Au bout du Siq, le Trésor
Au bout du Siq, le Trésor
Pétra, des escaliers
Pétra, des escaliers…
Golfe d’Aqaba
Golfe d’Aqaba
Désert du Wadi Rum
Désert du Wadi Rum
Amman
Amman et ses collines
Jerash
Les ruines romaines de Jerash, renversant
Golfe d’Aqaba
Plouf, plaf, plof…

Conseils pratiques

Quand visiter la Jordanie

Lorsqu’il m’a fallu choisir quand partir, j’avais misé sur le fait qu’au mois de novembre, ça serait la fin de la saison touristique et que le gros de l’affluence serait passé. Grave erreur, il y avait encore un monde fou à Pétra ! Les deux périodes avec le plus grand nombre de touristes, ce sont les mois d’octobre, novembre ainsi que les mois d’avril et mai (info confirmée par des guides locaux). Le nombre de visiteurs étant ces dernières années en forte hausse, ça déborde également à présent sur le mois de décembre qui était avant très calme.

Bref, si tu veux être tranquille, loin des foules, les meilleurs mois sont maintenant janvier, février et mars. Mars étant en fait sans doute la meilleure option. Les journées seront un peu plus longues et les températures moins basses. Mais évidemment, dans le nord du pays, les soirées seront fraîches. Pour mieux s’y retrouver, voir les statistiques climatiques au fil des mois à Amman ici et celles de Pétra (Wadi Musa) par là.

La saison des pluies en Jordanie s’étalant de novembre à mars, le ciel y sera moins bleu que le reste de l’année, mais on ne peut pas tout avoir. Quant à venir en été, il faut aimer la chaleur !

Une semaine, 2 semaines ou 3 semaines en Jordanie

Comme pour les jeux de 7 à 99 ans, on peut venir en Jordanie de 4 jours à 4 mois ! Quatre jours, c’est une farce, mais une farce bien réelle ! Plus sérieusement, deux semaines pour un tour des grands classiques (Amman, Jerash, Pétra, le Wadi Rum, la mer Morte, Aqaba…), c’est plutôt pas mal. Plus ne nuit pas pour qui se plaît à flâner un peu et prendre son temps. Beaucoup de monde n’est là que pour une semaine (voir moins). Avec si peu de temps, il faut aimer courir. Ça revient à enchaîner les visites de site touristique en site touristique sans avoir le temps de profiter de tout le reste. Après, les goûts et les couleurs, chacun et chacune fait bien entendu comme bon lui semble.

La Jordanie sans voiture

Bien qu’étant un pays ultra touristique, on rencontre assez peu de routards et autres backpackers en Jordanie. Je me suis déplacé en empruntant les bus locaux, mais j’étais à chaque fois le seul touriste de tout le bus. La norme ici, c’est le voyage organisé en bus ou alors de se déplacer au volant d’une voiture de location.

Se déplacer en transport en commun ne présente pas la moindre difficulté, avec tout de même deux points à noter :

  • Il n’y a pas de bus locaux le long de la mer Morte.
  • Il n’y a pas non plus de bus locaux qui empruntent la route du roi à travers le Wadi Mujib entre Madaba et Karak.

Visa ou Jordan Pass

Une seule bonne réponse : le Jordan Pass. Le Jordan Pass est un ticket magique que l’on achète en ligne et qui comprend les frais de visa ainsi que l’entrée pour la plupart des sites touristiques. Pour un Français, le visa coûte 40 JD et le ticket d’entrée pour deux jours à Pétra 55 JD quand le Jordan Pass coûte lui 70 JD. Bref, rien que là, tu as déjà économisé 25 JD.

En théorie, le Jordan Pass n’est valable que deux semaines, mais en pratique, il a été accepté partout où je suis allé, même après trois semaines sur place.

Une dose régulière de One Chaï ?

Comme les 1644 abonnés, reçois 2 fois par mois les nouveaux articles par mail.

Des récits drôles et enjoués, garanti 0 spam et tu désertes quand tu veux !


J'ai lu et accepte la politique de confidentialité de ce site.

Laurent

À propos de Laurent

Attiré par les destinations moins courues, en recherche perpétuelle du Kiffistan, je partage ici ma passion du voyage. J'essaye désespérément de me prendre très au sérieux, mais à ce jour, c'est un échec cuisant. Tu en sauras plus sur ce blog et sur moi dans l'à propos.